SURFACES

Une exposition temporaire de l'artiste Marie Sommer

du 7 novembre au 1 décembre 2018

Inauguration le 6 novembre à 18h, au sein du parcours Photo Saint Germain.

      

"Surfaces", par Marie Sommer.

 

L'exposition "Surfaces" au Musée de Minéralogie MINES ParisTech

Marie Sommer, accompagnée de Vincent Voillat, présentent une sélection de leurs oeuvres à l'occasion du Festival Photo Saint Germain, le parcours photos de la Rive Gauche, se déroulant du 7 au 24 novembre 2018. Le dossier de presse présentant les oeuvres et leur concept est à disposition dans le document à télécharger en cliquant ici.

 

"Surfaces"

Au sein  du Musée de Minéralogie, l'espace central est occupé par des oeuvres tirées de la série "Surfaces" de Marie Sommer en photographies argentiques. Cette série est l'aboutissement d'un travail débuté en Espagne et qui s'achève à Hiroshima. La découverte d’un village espagnol en ruine, Belchite en Aragon conservé comme mémorial de bataille qui se délite au milieu d’un désert de pierres est le point de départ d’une recherche photographique. Le minéral est un indicateur temporel, c’est une matière souveraine (JC Bailly, Souveraineté des Pierres) celle de l’avant et de l’après histoire. Cette série "Surfaces" est présentée en tant que pièce maitresse de l'exposition.

"Surfaces", par Marie Sommer.

 

"Les pierres aussi ont droit au repos", "Les révoltées"

La série "Surfaces" est accompagnée des installations artistiques "Les pierres aussi ont droit au repos" (photo ci-dessous) et "Les révoltées" de Vincent Voillat. La série "Les révoltées" présente des pierres trouvées coupées et polies, qui ont été récoltées dans différents lieux où se sont déroulés des soulèvements populaires. "Quand il ne reste plus rien, les pierres deviennent les seules armes de défense des opprimés. Paradoxalement, elles sont travaillées par une taille en facettes qui les magnifie à la manière de bijoux, elles deviennent des objets mémoriels de ces évènements" discute l'artiste Vincent Voillat. 

"Les pierres aussi ont droit au repos" par Vincent Voillat.

"Les révoltées : le Caire", de Vincent Voillat. Photo: Margot Montigny.

 

"La conversation"

"La conversation" entre Vincent Voillat et Marie Sommer s'exprime au travers "de futures conversations lapidaires entres des pierres restées seules sur terre qui se projettent sur une fine feuille de mica". Elle s'insère dans l'espace central du Musée de Minéralogie, communiquant avec "Surfaces", "Les révoltées" et "Les pierres aussi ont droit au repos".

 

"Spectres"

"Spectres", la série photographique développée par Marie Sommer s'invite sur les vitrines du musée. Il s'agit d'autoradiographies colorées, obtenues par exposition de surfaces photosensibles au rayonnement invisible de pierres radioactives pendant plusieurs mois. De manière aléatoire les pierres ont irradié les surfaces photographiques de taches spectrales. Les négatifs exposés aux rayonnements radioactifs sont présentés sur des boites lumineuses dans les vitrines des collections du musée.

"Spectres", par Marie Sommer.

 

"Ronde de nuit"

"Ronde de nuit" est un mini-film réalisé par Marie Sommer et Anne-Charlotte Finel en 2015, avec une musique de Luc Kheradmand. Tourné de nuit autour d’une centrale nucléaire bâtie sur la côte, l’architecture ne semble pas terminée et son accès est barré. Seules les mouettes animent le lieu. La construction de la centrale a été arrêtée avant d’être terminée et elle n’a jamais été mise en fonctionnement. Ironiquement la ruine est éclairée chaque nuit par les phares des gardiens qui la surveillent, le lieu désert s’anime et le colosse de béton entame alors une lente et subtile respiration nocturne.

Extrait du film "Ronde de nuit" par Marie Sommer et Anne-Charlotte Finel.

 

"Pierre qui pleure"

Cette large installation de Vincent Voillat est composée d'une plaque de pierre qui semble être traversée par un flux lumineux venu du centre de la matière. Les mouvements qui coulent comme des données informatiques ressemblent à des larmes.

"Pierre qui pleure" par Vincent Voillat.

 

"La collection"

"La collection" de Vincent Voillat présente des pierres qui ont été prélevées à proximité de lieux où se sont déroulés des évènements historiques, ou associés à un souvenir personnel. Elles sont ensuite assemblées pour former des aberrations géologiques qui les forceraient à un nouveau destin.

"La collection", par Vincent Voillat. 

 

L'exposition : les mots de l'artiste

Par Marie Sommer

En juxtaposant surfaces photographiques et minérales, pour leur inertie et leur réactivité commune, Marie Sommer expose ses recherches sur d’invisibles spectres photographiques. Elle relie ainsi la découverte de la radioactivité, l’histoire de sites abandonnés ou de mémoire de batailles à une trame narrative sur les minéraux. Dans leur forme quasi perceptible, à la limite de la disparition et comme des ruines à rebours, les pierres deviennent matière d’origine et de fin. Pour penser une cosmologie uniquement minérale, elle invite le sculpteur Vincent Voillat à développer ensemble, au cœur de la collection du Musée de Minéralogie de l’École des Mines de Paris, un dispositif où les pierres demeurées seules, développeraient leur propre langage.

« Je parle des pierres plus âgées que la vie et qui demeurent après elle sur les planètes refroidies, quand elle eut la fortune d’y éclore. Je parle des pierres qui n’ont même pas à attendre la mort et qui n’ont rien à faire que laisser glisser sur leur surface le sable, l’averse ou le ressac, la tempête, le temps... ». Roger Caillois, Pierres, 1966.

Surfaces, par Marie Sommer

 

Les artistes

Marie Sommer

Marie Sommer est une artiste plasticienne née en 1984 à Paris. Les photographies et vidéos de Marie Sommer révèlent l’ambiguïté de certains sites et images traversés par le temps. Son travail puise dans l’histoire de lieux situés en Allemagne, au Japon, ou encore en Espagne. Se libérant d’une oeuvre purement documentaire, elle observe les systèmes de production des images photographiques, et se penche sur la manière dont les clichés sont conservés. Ainsi, si son travail consiste en d’importantes phases de prises de vues, notamment de paysages, elle étudie en parallèle des archives relatives aux lieux explorés. En découle un support de recherche, dont des images, extraites du contexte scientifique, peuvent êtres exposées. Une infinité d’images ont déjà été produites, pouvant servir de multiples viviers d’histoires.

 

Vincent Voillat

Né en 1977 à Nantua en France, Vincent Voillat est un artiste contemporain pluridisciplinaire. Il vit et travaille à Paris. Il collabore depuis 2005 avec le Collectif Mu en qualité de scénographe et de directeur artistique. Depuis 4 ans, il reprend un travail plus personnel notamment avec un interêt marqué pour la sculpture, l’installation et les arts numériques. Vincent Voillat explore les liens qui s’opèrent entre un territoire (réel ou virtuel), les flux qui le traversent, ses habitants et leurs mémoires. Il étudie plus particulièrement le rapport entre le paysage et sa perception. Sa démarche se fonde sur le prélèvement : extractions géologiques de roches, études des strates, fouilles archéologiques ou observation de végétaux... Il emprunte aussi les matériaux de ses oeuvres à la culture populaire : musiques, objets trouvés, légendes… Il décèle dans le paysage la trace des corps et en révèle l’empreinte, la persistance et leurs impressions sur la mémoire. Dans l’atelier, son travail consiste à réinterpréter et capturer les formes, déceler les synchronicités et les logiques de ces territoires, de manière spéculative. Il réinvente par l’association, la juxtaposition ou la réinterprétation, un territoire conceptuel dont l’écriture et le texte permettent de lier ces formes hétérogènes. Les formes qu’il produit sont liminales, posées entre plusieurs temporalités, toujours résilientes.

 

Pour la presse

Retrouver le dossier de presse (description des oeuvres, concept, informations) ici.

 

Les partenaires

Cette exposition s'effectue en partenariat avec le Festival Photo Saint-Germain.

Les tirages de la série "Surfaces" ont été réalisés entre 2013 et 2017 grâce au soutien de la Casa Velázquez, de la Fondation Bilbao Arte, de la Cité internationale des arts et du Centre Photographique d’île-de-France. Les tirages de la série "Spectres" ont été réalisés grâce au soutien de Photo Saint-Germain et du Fresnoy Studio National des Arts Contemporains sous la supervision d’Anna-Katharina Scheidegger.

Conception graphique : Simon Ladoux

Montage et Régie : Antoine Vallé

Impression : STIPA, Montreuil

 

Accès à l'exposition

L'exposition "Surfaces" est accessible avec le billet classique d'entrée au Musée de Minéralogie.

Retrouver toutes les informations d'accès et de conditions d'entrée ici.

 

L'exposition au musée en quelques photos

De la série "Surfaces" de Marie Sommer.

 

De la série "Spectres" de Marie Sommer.

 

De la série "Surfaces" de Marie Sommer.

De la série "Spectres" de Marie Sommer.

 

"Les pierres aussi ont droit au repos" de Vincent Voillat.

 

"Les pierres aussi ont droit au repos" de Vincent Voillat.

 

Dans la série "La collection" de Vincent Voillat : "Rimbaud / Verlaine".

 

Dans la série "Les révoltées" de Vincent Voillat, ici "Lisbonne, Nanning, Les protestants".

 

Dans la série "La collection" de Vincent Voillat : "Rapprochement familial".

 

Dans la série "La collection" de Vincent Voillat : "Le soin"
Exposition temporaire "Surfaces" de M. Sommer - MINES ParisTech
Partager

contactez-nous

Des questions sur le musée ou la collection ? Contactez-nous

venir au musée

Retrouvez toutes les informations pour vous rendre au Musée de Minéralogie

Musée de Minéralogie

60 boulevard Saint Michel

75006 Paris

Ouvert :

Mardi - vendredi : 13h30 - 18h

Samedi : 10h - 12h30 et 14h - 17h

 

Fermé les dimanches, lundis et jours fériés.

Prochaine fermeture :

du 23 décembre 2018 au 1er janvier 2019

 

 

Contact Mentions légales efil.fr © 2014 MINES ParisTech