Nouvel éclairage au Musée - retour sur les travaux d'aménagement

      

Fin avril 2019, le musée a vu sa collection systématique (138 vitrines horizontales) s'éclairer depuis la première fois depuis sa création au milieu du 19ième siècle. Mais ce qui semble évident pour un musée relève finalement de nombreux challenges :

- trouver un éclairage compatible avec la large gamme de couleurs que présentent les minéraux,

- apporter un éclairage qui ne nuit pas aux minéraux,

- avoir un éclairage qui peut s’adapter à l’intérieur des vitrines plates et sans grande hauteur,

- trouver un système d’éclairage sur mesure, qui s’adapte aux différentes largeurs et hauteurs des différentes vitrines,

- apporter de l’électricité aux vitrines « tables » qui en étaient dépourvues,

- travailler dans un musée qui date du milieu du 19ième siècle en le préservant et sans le dénaturer,

- trouver des artisans compétents et travaillants en harmonie afin de ne pas avoir à fermer le musée pendant les travaux,

- déplacer 3000 minéraux, table par table, afin de permettre la mise en place des éclairages, sans endommager aucun échantillon,

- en profiter pour remettre à jour la classification systématique des échantillons en vitrine,  refaire le coffrage interne des vitrines,

- refaire les cartels (cette étape est toujours en cours),

- trouver le sponsor capable de financer un tel projet.

 

Trouver le bon éclairage

Où installer l’éclairage ?

Premier choix important à faire pour éclairer les tables horizontales : apporter de la lumière depuis l’extérieur, ou en installer à l’intérieur. Les vitrines ne possédant que très peu de hauteur, pour éviter les effets d’ombres portées et de contre-jour, un éclairage depuis le haut et déporter aurait pu paraître le meilleur. Les tests n’ont cependant pas donné satisfaction. Malgré des essais avec des spots de qualité, hauts et déportés, les réflexions sur les vitrines étaient toujours trop importantes, et les minéraux pas assez bien éclairés.

Très vite, le consensus a été de mettre de la lumière à l’intérieur des vitrines.

 

Quel éclairage pour les vitrines ?

Peu hautes mais longues et comportant de nombreux spécimens, l’éclairage spot était à proscrire. Seules des barres éclairantes pouvaient pallier à ces contraintes. Un éclairage LED s’avérait donc judicieux. Cependant, jusqu’en 2017, les nombreux essais avec de nombreux prestataires n’ont pas donnés satisfactions : le rendu de couleurs n’était pas assez bon, avec clairement des pics d’émissions dans le bleu ou dans le rouge. Même en combinant ces LED, le rendu de couleur n’était pas satisfaisant. De plus, les différentes petites lampes LED étaient bien trop visibles, et trop directes, créant des effets d’ombres trop importants.

En 2018, nous avons fait de nouveaux tests avec l’entreprise Loupi Lighting Systems. Cette entreprise nous a proposé plusieurs types de LED, avec un rendu de couleur exceptionnel : quelle que soit leur couleur, les minéraux montraient leur vraie nature et leur couleur était magnifiée. Ne restait alors plus qu’à choisir l’intensité et la couleur de l’éclairage la plus adaptée.

Cependant, demeuraient les problèmes liés à l’installation et l’adaptation des barres de LED à nos vitrines, à l’orientation des barres LED, et surtout de diffusion de la lumière pour éviter autant que possible les effets d’ombres. Après de nombreux tests et de fabrication sur mesure de plusieurs prototypes, nous sommes arrivés à un produit qui pouvait être adapté à chaque vitrine, orientable grâce à un système de clip, et avec un diffuseur permettant d’atténuer les effets directionnels.

Le produit était donc trouvé !

Les électriciens de Loupi en pleine action d'installation des barres LED.

 

Comment équiper les vitrines en électricité ?

Nous vitrines horizontales sont semblables à des tables, pouvant se déplacer. Aucune connexion électrique n’avait donc été prévue. Pour amener l’électricité, il a donc fallu créer une liaison électrique entre les tables et les vitrines murales, séparées par 2 mètres de parquet…

Nous avons donc fait appel au talent d’un artisan du parquet, en parallèle avec l’électricien spécialisé de l’entreprise Loupi, afin d’apporter les fils électriques jusqu’aux tables. Le raccordement au courant fort du bâtiment et jusqu’aux barres LED a donc pu être mis en place, en levant le parquet sous les tables et près des vitrines murales, suivi d’une remise en place du parquet à l’identique.

Afin de cacher les fils électriques remontant du parquet jusqu’aux vitrines, de faux pieds ont été réalisés par un menuisier, par reproduction des pieds existants. L’installation s’est faite par l’équipe du musée.

Ebénistes et électriciens en travail sumultané.

 

Comment s’occuper des minéraux sensibles à la lumière ?

Certains minéraux sont sensibles à la lumière (fluorite, cinabre, orpiment, réalgar, proustite, etc.). Ceux-ci sont préservés grâce à des caches que les visiteurs peuvent ouvrir le temps d’admirer les minéraux. Quand nous avons abordé le problème avec les électriciens et l’entreprise Loupi, ce n’était alors qu’un nouveau défi à relever !

Les vitrines des minéraux sensibles ont été équipées avec les mêmes lumières LED pauvres en ultraviolets. Cependant, leur déclenchement se fait seulement quand le visiteur ouvre le cache, et ce pendant seulement 5 secondes, grâce à un système ingénieux de détecteur de mouvements, idéalement placés et quasi invisibles.

 

Comment gérer la collection pendant les travaux ?

Les vitrines horizontales accueillent quelques 3 000 minéraux. Notre désir était de ne pas fermer le musée pendant les travaux. Nous avons donc choisi de temporairement retirer une petite partie de la collection de roches, et de déplacer les minéraux, table par table, dans l’espace d’exposition temporairement libéré.

Encore une fois, un parfait accord entre le travail des électriciens et l’équipe du musée a été nécessaire. Les manipulations d’échantillons et les travaux ne pouvaient se produire que les lundis et les matinées, tout devait être remis en place pour 13h30, à l’ouverture du musée.

L’équipe du musée a également profité de cette occasion pour refaire le coffrage interne des vitrines (changement des tissus et des séparateurs d’espèces minérales), ainsi que pour ré-organiser les espèces minérales suivant la classification systématique mise à jour (Strunz 9ième édition, et dernière classification entièrement approuvée).

 

Michel Lechartier s'occupant de refaire le coffrage des vitrines.

Farida Maouche à la scénographie et à la reclassification de la systématique des vitrines.

 

En combien de temps ?

Malgré les contraintes d’horaires d’ouverture du musée, les artisans et l’équipe du musée ont réalisé ces travaux en trois mois… sans aucun accroc !

 

Les sponsors pour l’éclairage de nos vitrines

Ces travaux n’auraient pu voir le jour sans le soutien financier complet de la Fondation MINES ParisTech. Merci à la Fondation pour sa confiance dans notre beau musée, et d’avoir permis la mise en valeur de ce qui participe à la renommée internationale de notre musée : la collection systématique – une des meilleures au monde en vue au public.

L’entreprise Loupi s’est éprise de notre beau musée, et nous a fait profiter de remises exceptionnelles sur ses produits, sans lesquelles ce projet n’aurait peut-être pas pu voir le jour.

 

Remerciements

Nos remerciements vont tout d’abord à notre sponsor :

- la Fondation MINES ParisTech.

 

Et également aux différents acteurs qui ont participé à la conception et à la réalisation des travaux :

- pour l’éclairage : LOUPI Lighting Systems, et spécialement Franck Hillereau, le coordinateur depuis la conception jusqu’à la réalisation des travaux. Un magnifique travail de conception, et des produits d’exceptions.

- pour l’électricité et la mise en place des lumières : Jean-François Lecoq et Philippe Matias, qui ont délivré un travail de qualité, ont montré un professionnalisme hors pair, et une grande ingéniosité.

- pour le parquet : DAURAT Service, avec Messieurs Roland, Belkhoda et Lassala.

- pour l’ébénisterie : Christophe Omnes et Miki Nectoux en coordination.

- pour les minéraux et le musée : l’équipe et les stagiaires du musée.

 

L'équipe du musée et les électriciens de l'entreprise Loupi.

 

Nouvel éclairage au Musée - MINES ParisTech
Partager

contactez-nous

Des questions sur le musée ou la collection ? Contactez-nous

venir au musée

Retrouvez toutes les informations pour vous rendre au Musée de Minéralogie

Musée de Minéralogie

60 boulevard Saint Michel

75006 Paris

Ouvert :

Mardi - vendredi : 13h30 - 18h

Samedi : 10h - 12h30 et 14h - 17h

Fermé les dimanches, lundis et jours fériés.

ATTENTION : FERMETURE DU 25 DECEMBRE 2019 AU 1ER JANVIER 2020

 

 

Contact Mentions légales efil.fr © 2014 MINES ParisTech