L'actualité partagée

Recherche

01/03/2008

Paris-Pékin : 10 000 km en courant

Entre réel et virtuel, le défi de Philippe Fuchs

Des moyens à la mesure de son nouveau défi. Pour sa plus longue course Philippe Fuchs, spécialiste de la réalité virtuelle au Centre de robotique (Caor), a rallié de multiples partenaires et sponsors.

Paris-Pékin : 10 000 km en courant

« La prochaine fois c’est Pékin!», Ils ne croyaient pas si bien dire, ses collègues du Caor, accueillant par cette boutade Philippe Fuchs à son retour d’Athènes. Le chercheur revenait alors de son Paris-Athènes (2 800 km en courant), réalisé à l’occasion des JO 2004.

Quatre années ont passé et on l’a vu s’élancer, le 7 mars de la place de la Concorde, sous l’œil des caméras des chaînes de télévision, entraînant dans sa course quelques camarades sportifs. Objectif : Pékin pour l’ouverture des JO au mois d’août ! La passion est contagieuse et le marathonien à la puissance mille (*) a conquis et emporte, sinon dans dans sa foulée, du moins sur les ailes de son rêve, tous ceux qu’il a approchés ou qui ont croisé son chemin. L’entreprise Dassault Systèmes, partenaire de plusieurs de ses projets de recherche en réalité virtuelle (RV), n’a pas hésité longtemps avant d’accepter de le mécéner, dans le cadre de son action Passion pour l’innovation. Et le défi de Philippe est devenu le « Challenge V+R » de Dassault Systèmes. Le chercheur a accepté de se «faire cobaye» et de s’équiper de capteurs ultrasensibles et autres instruments destinés à mesurer sa foulée, sa capacité respiratoire ou les battements de son cœur... Il met ses efforts, bien réels, au service de la science qui espère ainsi progresser grâce à la RV. L’Institut des sciences du mouvement (ISM)(**) va exploiter les données biomécaniques du pied de Philippe Fuchs afin de le modéliser en 3D (une première mondiale, affirme l’ISM). Lui qui court le monde pour aller à la rencontre des autres (« les gens vous accueillent quand ils voient que vous avez fait un effort pour aller chez eux ») croit aux valeurs de l’olympisme. Cette course, il l’a voulue « solidaire » et a proposé à l’ONG Sport sans frontières de s’associer à son aventure. Ainsi, le grand public des « internautes branchés » va pouvoir participer virtuellement à un rallye, via une application Facebook. Les kilomètres parcourus seront transformés en mécénat pour Sports sans frontières.

Le projet de Philippe a reçu le parrainage du ministère de la santé de la jeunesse et des sports et le soutien de nombreuses entreprises (Decathlon, Nokia, Intempora, etc). Cela lui permet de courir dégagé des contingences matérielles, avec la présence amie de deux suiveurs, l’un à vélo, l’autre en camping-car. À l’École des mines et au CEA, deux collègues chercheurs veillent à lui envoyer, chaque jour, par GPS, l’itinéraire le plus précis et le plus agréable. S.P.

(*)Il va courir chaque jour l’équivalent de 2 marathons, 6 jours par semaine pendant 5 mois.

(**)Unité de recherche associant l’Université de Marseille et le CNRS.

Paris-Pékin : 10 000 km en courant - MINES ParisTech

L'actualité partagée - MINES ParisTech
Partager

contactez-nous

Des questions sur le musée ou la collection ? Contactez-nous

venir au musée

Retrouvez toutes les informations pour vous rendre au Musée de Minéralogie

Musée de Minéralogie

60 boulevard Saint Michel

75006 Paris

Ouvert :

Mardi - vendredi : 13h30 - 18h

Samedi : 10h - 12h30 et 14h - 17h

Fermé les dimanches, lundis et jours fériés

 

 

Contact Mentions légales efil.fr © 2014 MINES ParisTech